EMAIL

 MISSION EVANGELIQUE 

       WILLIAM MARRION BRANHAM TABERNACLE

QUID DE LA RELEVE PASTORALE ?
QU'EN DITES VOUS ?

Les églises du message du temps de la fin sont de plus en plus confrontées aux problèmes de succession pastorale. Comment, en effet, garantir la continuité du ministère et l’église après le départ du fondateur ou du pasteur titulaire. Quid de la relève ?

William Marrion Branham avait la même préoccupation. Il croyait au fait que l’église prenne la charge de sa famille après son départ.

        « ESSAYER DE RENDRE UN SERVICE A DIEU, SANS QUE CE SOIT LA VOLONTE DE DIEU     SHREVEPORT LA USA    paragraphe 59

 Oh! la la! Je suis descendu de cette montagne en poussant des cris, en criant à tue-tête, en sautant par-dessus les rochers. Je suis redescendu, j’ai raconté cela à ma femme, je lui ai dit: «Je ne       vais pas mourir, tu vois, c’est–c’est–c’est de mon ministère qu’il s’agit.» (Je lui avais dit de rejoindre Billy Paul ici et d’emmener les enfants. J’AVAIS DIT: «BON, MOI, JE N’AI RIEN,   MAIS L’EGLISE VEILLERA A CE QUE VOUS TOUS, VOUS NE MOURRIEZ DE FAIM ET TOUT, ET JE–JE TE RETROUVERAI DE L’AUTRE COTE.») Et–et alors j’ai dit:             «Non, je ne vais pas mourir; il s’agit de quelque chose en rapport avec mon ministère.»   

Est-ce le cas dans nos églises du Message ? Les veuves et les orphelins des pasteurs sont-ils pris en charge par l’église ou le ministère du défunt ? Et comment s’assure la relève ?

Il y a quelques années, cette question de se posait tellement pas. Les pasteurs et les croyants étaient très spirituels au point de négliger certains aspects de la vie sociale. Tout le monde pensait uniquement à l’enlèvement. La vie sur terre n’avait aucun sens !

Pour ce qui de la relève, le Saint-Esprit s’en occupera ! Cependant le constat est amer.

Après le départ du pasteur, la veuve est oubliée ; les orphelins sont délaissés, abandonné à leur propre sort, parfois réduit au niveau de la mendicité pour survivre. Un spectacle déshonorant.

Plongé et submergé dans la nouvelle charge pastorale, le successeur se focalise sur autre chose et prend soin de sa propre famille. Le régime a changé dit-on !

Certaines veuves se voient contraintes à se remarier le plus vite que possible et d’autres se livrent dans la prostituions ce qui leur coûte une excommunication. Les orphelins ne sont plus scolarisés. Livrés à eux-mêmes, ils se retrouvent parfois dans la rue.

Le nouveau pasteur, voulant marquer son empreinte, change la doctrine de son prédécesseur non pas parce qu’elle soit fausse mais c’est pour imposer son leadership. Tout doit changer !

Cette situation a interpellé certains hommes de Dieu et qui se sont réveillés de leurs lits célestes pour descendre un peu sur la terre et se poser certaines questions ?

Que deviendra ma femme et mes enfants à mon absence ?

Que deviendra l’église après mon départ ?

Pour répondre à cette problématique, certains pasteurs du message se sont décider d’assure le futur de leur famille à tout prix, brisant même les principes du message. Ils doivent absolument sécuriser l’avenir de leur enfant avant qu’il ne soit trop trad.  

On fabrique des ministères en famille. Il faut forcement que l’un des fils accepte de prêcher comme le père. Sinon l’un des gendres ou un membre proche de la famille. Il faut garder la commande. On penserait être dans la politique.

A cela, suivra les promotions rapides : Diacre, pasteur associé et enfin être annoncé publiquement comme remplaçant valable de son père.

Cette situation est à la base de beaucoup de divisons dans les églises du Message. Les collaborateurs proches s’estiment souvent lésés par cette attitude et finissent par quitter l’église en apportant quelques membres mécontents en disant : ‘‘est-ce une affaire familiale ou c’est l’église du Dieu vivant ?’’

Généralement, les pasteurs s’inspirent du Branham Tabernacle qui est aujourd’hui dirigé par le fils du prophète Joseph Marrion Branham. Alors pourquoi pas eux ?

Ils oublient néanmoins un fait. William Marrion Branham a parlé par inspiration de Joseph Marrion Branham alors qu’il était un tout petit bébé ! Il ne l’a jamais imposé.

Après son départ, c’était son associé, Orman Neville qui prit la relève ; puis il y a eu le pasteur Collins qui succéda. Joseph Branham est arrivé à la troisième position sans l’imposition directe de son père  William Marrion Branham. C’était par un vote de  l’église souveraine plusieurs années après le départ du prophète.

Face à la réalité décrite ci-haut concernant les veuves et orphelins et la réponse imposé par le pasteur qu’en pensez ?

 

6 thoughts on “QUID DE LA RELEVE PASTORALE ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *